Conseil

PER individuel : pour le quinquagénaire qui veut payer moins d’impôts

Partager
Ouvert à tous, sans restriction d’âge, quelle que soit votre situation professionnelle, le PER prend la forme d’un contrat d’assurance vie ou d’un compte-titres.
Par Le Revenu
Publié le 20/01/2024 à 15h55 | mis à jour le 22/01/2024 à 11h18
Cet article est réservé aux abonnés.

m88vinLiên kết đăng nhập

m88vin

À retenir
  • Performance : dépend des cours de Bourse et des supports d’investissement choisis
  • Risque : de plus en plus sécurisé à l’approche de la retraite
  • Durée : au moins jusqu’au départ à la retraite
  • Liquidité : épargne bloquée pendant la carrière professionnelle, hors retraits anticipés
Le plan d’épargne retraite (PER) a vocation à remplacer les anciens produits retraite et peut être souscrit à titre individuel via votre banque, un courtier ou un assureur. Ouvert à tous, sans restriction d’âge, quelle que soit votre situation professionnelle (demandeur d’emploi, salarié, indépendant), il prend la forme d’un contrat d’assurance vie ou d’un compte-titres et permet de bénéficier d’un capital une fois à la retraite. La sortie de ce plan peut aussi s’effectuer en rente viagère, un choix à préciser dès la souscription du contrat. Pour alimenter votre PER, vous pouvez effectuer des versements volontaires. Vous avez, en outre, la possibilité de transférer un PER d’entreprise vers votre PER individuel, et de récupérer ainsi l’épargne salariale versée sur ce plan (intéressement, participation, abondement…). Enfin, il est autorisé de transférer d’anciens produits d’épargne retraite (Perp, contrat Madelin, Perco…), qui existaient avant octobre 2019. Mais si ces placements ont moins de 10 ans, vous risquez de subir des frais allant jusqu’à 5% de l’épargne reversée.


Dans l’autre sens, vous pouvez transférer votre PER individuel vers un PER d’entreprise collectif, avec des frais atteignant jusqu’à 1% de l’épargne accumulée, pour un plan de moins de cinq ans.

Le PER individuel fait généralement l’objet d’une gestion pilotée. Selon votre profil d’investisseur, vos économies sont placées sur différents supports En général, plus vous êtes loin de la retraite et plus votre épargne est investie dans des actifs risqués, mais potentiellement très rémunérateurs. Et quand vous approchez de la fin de votre carrière, plus votre argent est orienté vers des supports sécurisés, comme le fonds en euros de l’assurance vie. Votre capital reste bloqué jusqu’à la retraite, mais il est possible de le récupérer en cas d’invalidité, de décès de votre conjoint(e), d’expiration de vos droits au chômage, de surendettement, d’acquisition de la résidence principale et de cessation d’activité non salariée à la suite d’une liquidation judiciaire.

L’avis du Revenu : le PER permet de préparer sa retraite en bénéficiant de diverses options de sortie et de déductions fiscales. Privilégiez les contrats avec de faibles frais d’entrée et de gestion Trophées d’Or du Revenu.


Fiscalité

L’argent versé sur un PER peut être déduit des revenus imposables, dans la limite de 10% des revenus professionnels ou 4.114 euros si ce montant est plus élevé. Et pour un indépendant, en respectant un plafond de 10% des bénéfices imposables, dans la limite de 351.936 euros, auquel s’ajoutent 15% du bénéfice compris entre 43.992 et 351.936 euros. Ou bien, jusqu’à 4.114 euros et 15% du bénéfice imposable compris dans cette même fourchette, si ce montant est plus élevé.

En cas de déduction effectuée pendant le plan, la fiscalité à la sortie diffère. Après un abattement de 10%, les sommes récupérées sous la forme d’une rente sont soumises à l’impôt sur le revenu, auquel s’ajoutent 17,2% de prélèvements sociaux après application là encore d’un abattement, plus ou moins important selon votre âge. Pour une sortie en capital, les versements sont soumis à l’impôt sur le revenu et les gains réalisés par le PER au prélèvement forfaitaire unique (PFU) à 30%. Dans l’hypothèse d’une non- déduction des versements, le capital bénéficie cette fois-ci d’une exonération d’impôt et de prélèvements, tandis que vos profits restent soumis au PFU. La rente est, quant à elle, partiellement imposable sur le revenu, avec un abattement plus ou moins important selon votre âge et des gains soumis aux prélèvements sociaux.
Succession

Au décès de l’épargnant, le PER est clôturé. Si le plan a été ouvert sous forme d’un compte-titres, les sommes sont intégrées dans la succession. S’il prend la forme d’une assurance vie, la fiscalité avantageuse s’applique alors et l’argent placé revient aux personnes désignées dans la clause bénéficiaire du contrat.

fun88k 8xbet gg mu88 bet fun88 chính thức w88no1

Articles réservés aux abonnés